logo

02/01/2018

} Un menu copieux pour la deuxième rencontre avec les députés « En Marche » du Rhône

logo
Loi de de finances 2018, formation professionnelle, alternance, assurance chômage, travail détaché… : menu copieux pour la deuxième rencontre avec les députés « En Marche » du Rhône organisée le 27 novembre 2017 par le MEDEF Lyon-Rhône, dans les locaux et sous la présidence de Samuel MINOT, président de BTP Rhône.

Pour la circonstance, Bruno BONNEL, Blandine BROCARD et Thomas RUDIGOZ avaient accepté d’échanger avec une délégation d’entrepreneurs constituée par le MEDEF Lyon-Rhône, et composée des membres de son Bureau, des présidents de commissions, des membres de sa commission sociale, ainsi que ses principaux mandataires dans le domaine de la formation professionnelle.

Parmi tous les sujets abordés, quatre ont fait l’objet d’une attention particulière :

S’agissant du prélèvement à la source dont le gouvernement a entériné l’entrée en vigueur au 1er janvier 2019, les députés « En Marche » se sont vu remettre un courrier signé de Geoffroy ROUX de BEZIEUX, Vice-Président délégué du MEDEF, explicitant la position de son organisation. A ce courrier était jointe une annexe expliquant le pourquoi de l’opposition du MEDEF au projet, et proposant une solution alternative basée sur le principe d’une taxation contemporaine (prélèvement mensuel). Les commentaires des participants sont tous allés dans le sens de la note du MEDEF, regrettant en particulier que la solution alternative proposée (et chiffrée) par ce dernier, n’ait jamais été étudiée sérieusement, et sur laquelle aucun travail de fond n’a jamais pu être fait avec l’administration.

La réforme de la formation professionnelle a constitué le deuxième sujet de discussion : A cette occasion, Stanislas LACROIX, PDG ALDES Aéraulique et co-président de la commission « économie » du MEDEF a défendu l’idée que la formation professionnelle ne soit plus appréhendée en tant que charge pour les entreprises, mais en tant que véritable investissement provisionnable et amortissable à moyen et long terme. La relance de la clause de dédit-formation devra constituer la nécessaire contrepartie de cet investissement formation des entreprises (Cf : Note).

Sur la question de l’alternance, la vision des entrepreneurs présents à clairement été synthétisée par Laurent CONSTANTIN, PDG ACTI et président du conseil d’administration de l’IUT Lumière Lyon 2. Selon lui, une vraie réforme de l’apprentissage devra nécessairement passer par l’abaissement à 14 ans de l’âge de l’apprentissage, l’assouplissement de la règlementation en vigueur, la baisse des coûts, la compétence donnée aux branches professionnelles et l’instauration d’un engagement de fidélité ou de remboursement pour l’apprenti. Propos confirmé par Jean-Paul GENOUX, DG DIMO SOFTWARE, dont l’entreprise a ouvert 25 postes dernièrement (développeurs, codeurs…), et pour lesquels le coût de l’apprentissage se révèle rédhibitoire (supérieur au SMIC). Pour sa part Samuel MINOT a déploré que « les obligations faites en matière de clauses d’insertion dans le BTP, aboutissent à limiter le nombre d’apprentis dans ce secteur, alors même que l’apprentissage devrait être la première et principale voie d’insertion des jeunes »

Répondant aux témoignages des entrepreneurs, Bruno BONNEL a souligné quelques principes guidant l’action du gouvernement en la matière : Passer d’une éducation de stock à une éducation de flux, afficher le coût de la formation « gratuite » (en fait supporté par la collectivité), et prôner une logique de transformation.

Enfin, un ultime échange sur la délicate question du statut des travailleurs détachés a permis au MEDEF Lyon-Rhône de remettre aux parlementaires « En Marche » une Note sur ce sujet, assortie d’une deuxième Note émanant de la FFB, et traitant plus spécifiquement de la fraude au détachement.

Une deuxième rencontre au contenu particulièrement dense, qui a conclu à la nécessité de se revoir régulièrement pour juger de l’avancement des dossiers abordés, et pour échanger sur les sujets d’actualité.

Rendez-vous a donc été pris pour une nouvelle rencontre avec les députés « En Marche » du Rhône, fixée au lundi 26 mars 2018. Affaire à suivre…

Cliquez ici pour consulter la galerie photo

Posté le

  • Nb visites : 1571
Retour en haut de page

Commentaire(s)