logo

02/11/2017

} Retour sur la matinale « Mettre en place une politique d’emploi en faveur du handicap »

logo
Le 19 octobre 2017, le MEDEF Lyon-Rhône a organisé une réunion ayant pour thème « Mettre en place une politique d’emploi en faveur du handicap par le biais d’une convention Agefiph ou d’un Accord agréé. Quelle stratégie choisir ? Quels impacts pour l’entreprise ? »

 

Cette réunion s’est tenue chez CEGID et a accueilli 10 intervenants.

Les témoignages d’acteurs engagés ont été un des moments fort de la rencontre : des chefs d’entreprises et des acteurs des ressources humaines spécialistes du handicap, de la RSE ou de la diversité ont partagé leur expérience avec les 45 participants et ont expliqué en quoi cette réunion était importante dans la mise en place d’une politique handicap.

 

En effet, quand vous mettez en place, au sein de votre entreprise, un accord en faveur des personnes en situation de handicap, vous dynamisez votre politique Diversité et RSE et donnez un nouvel élan dans la cohésion des équipes. L’accord implique la Direction, les organisations syndicales et la Direccte. Cette dernière, conseille et appuie les acteurs de l’entreprise dans l’élaboration et la conclusion de l’accord (outils méthodologiques) et donne accès à des « bonnes pratiques ». Les principaux axes d’actions pour les accords agréés : l’embauche, l’insertion, la formation, l’alternance, le maintien dans l’emploi, l’information, la sensibilisation, la communication, l’animation et pilotage de l’accord.

 

Concernant la convention, c’est une des modalités de contractualisation entre la Direction de l’entreprise et l’Agefiph et concerne les entreprises ou groupes de + 250 salariés. La convention a pour objectif de mettre en place une politique d’emploi au travers d’objectifs comme la sensibilisation, le recrutement, la formation, le maintien, la collaboration avec le secteur adapté et protégé.

 

En définitive, la convention ou l’accord agréé sont des outils structurants d’une dynamique d’emploi en faveur des personnes handicapées qui engagent fortement l’entreprise sur des objectifs de plus en plus ambitieux non seulement à l’égard des acteurs internes à l’entreprise mais aussi avec un contrôle sur les moyens et les résultats soit de l’Agefiph, soit de l’État 

 

Extraits de témoignages : 

M. MARESCAUX, chargé de mission handicap et ergonomie chez MODIS « Modis est une filiale de The Adecco Group, lequel est impliqué depuis 30 ans sur le sujet du handicap au travail. Chez Modis, dans la continuité d’un premier plan d’actions qui fut à l’origine de notre engagement, nous avons signé en 2015 avec nos partenaires sociaux notre premier accord d’entreprise sur le handicap agréé par la Direccte. Cet accord et l’accompagnement de la Direccte nous ont permis à ce jour d’intégrer une trentaine de nouveaux salariés en situation de handicap employés en CDI durant ces 3 dernières années. Le niveau des diplômes exigés dans nos métiers de l’informatique (BAC+5) et le turn-over sont les principales difficultés que nous rencontrons au quotidien. Le handicap, à lui seul, ne constitue en rien un frein à l’embauche ! Nos actions permanentes de sensibilisation de nos managers, le dialogue interne et la disponibilité de la Mission Handicap nous ont également permis d’accroitre le volume de déclarations volontaires de RQTH. »

Selon M. CRISTOFORETTI, Directeur du travail de la Direccte, « l’accord c’est intéressant, on a des accords de branches, de groupes, d’entreprises ou d’établissements. Un accord c’est un des leviers pour mobiliser le personnel et ça contribue à la politique diversité et RSE. Le 20/09/17, le premier ministre a fixé une perspective devant le comité interministériel du handicap en précisant « vouloir simplifier le dispositif en s’appuyant sur un dialogue social rénové et la faire évoluer vers l’emploi direct » Il s’agit d’un programme sur 3 ans, donc il y a de l’avenir pour la négociation collective et pour l’emploi direct. » 

M. Didier ENAULT (CFDT) et président du maintien dans le 69, « la réussite d’un accord est l’affaire de tous, aujourd’hui nous sommes plus dans des accords globaux de qualité de vie au travail. Ainsi, il est possible de créer un volet handicap (volet soumis à agrément) dans les accords QVT ce qui permet d’impliquer conjointement la direction et les salariés dans des actions qui répondent aux réalités de l’entreprise ». 

Mme BARBET, chargée de mission handicap au sein de Renault Trucks – groupe Volvo « Nous en sommes à notre 9ème Handi’Accord d’entreprise. Le handicap est donc un engagement de longue date pour Renault Trucks ce qui nous permet de capitaliser sur les accords passés, de pouvoir inscrire nos actions dans le temps et ainsi d’avoir une vision à moyen-long terme de notre politique handicap. Il reste cependant beaucoup de challenges à relever : par exemple, je fais toujours face à des représentations faussées du handicap et à des difficultés pour sensibiliser des salariés non touchés par le handicap. C’est néanmoins une mission passionnante qui demande beaucoup d’énergie car rien n’est acquis : il faut trouver de nouvelles clés pour démystifier le handicap et changer les mentalités en profondeur !

Mme VELCEK, chargée de mission handicap chez GL Events « la mission handicap a été créée en 2014, avec la signature d’une convention Agefiph. Nos leviers sont le recrutement et le maintien dans l’emploi. Il faut savoir qu’une convention c’est structuré et cadré au niveau des actions, ainsi il faut savoir quelles actions prioriser. Aujourd’hui, notre levier c’est le maintien dans l’emploi car nous en avons beaucoup dans notre société ». 

M. GUILLEMIN, DRH du groupe CEGID « Depuis 2008, nous sommes très investis dans la politique handicap. L’engagement des collaborateurs est très présent dans l’entreprise (théâtre à la carte, BD,…).L’animation du dispositif par une chargée de mission handicap permet à l’ensemble des acteurs concernés, Dirigeants, managers, collaborateurs, organisation syndicales, d’inscrire leur action dans la durée. Nous souhaitons poursuivre ces actions de manière durable ce qui impose de construire chaque jour et d’engager tout le monde car communiquer c’est 50% de la relation ».

M. Xavier PERSOUYRE, délégué syndical CFDT chez CEGID, « pourquoi signer un accord ? nous avons voulu comprendre et apprendre. J’ai été sensibilisé au handicap à titre personnel, la première chose au travail c’est quand on arrive on voit le collaborateur avec qui on échange. Il a fallu préparer les choses, quels leviers, quelles limites nous voulions dans l’accord, les moyens, le temps et les cibles. Nous souhaitons une continuité dans un accord pour perdre moins de temps et éviter l’effet tunnel. Nous avons des correspondants handicaps et managers qui sont très investis ».

M. COLPART et Mme GRIMOND, responsables emplois et relations sociales chez KEM ONE « Kem One est né de la cession par Arkema de ses activités vinyliques au groupe Klesch en 2012. En 2014, KEM ONE signe son 1er accord triennal d’intégration et de maintien dans l’emploi de salariés reconnus travailleurs handicapés, marquant ainsi son attachement au sujet de la diversité et du handicap. Cet accord est signé à l’unanimité des organisations syndicales. Ce 1er accord est un succès au regard de l’engagement des acteurs, de la progression des résultats et de l’intégration du sujet du handicap dans la politique RH de Kem One. Un second accord triennal est signé en 2017 avec les OS, notre objectif est de parvenir à remplir notre obligation légale d’emploi de TH et de poursuivre notre politique volontariste dans la durée (maintien, insertion, embauche, relations avec le secteur protégé et adapté, sensibilisation et communication). En 2016 notre taux d’emploi était à 5.33 % très au-dessus de l’objectif initial de l’accord qui était de 4.3% ».

 

Votre contact :
Club Handiplus du MEDEFLyon-Rhône
handiplus@medeflyonrhone.com
Téléphone : 04 78 77 07 47

Posté le

  • Nb visites : 694
Retour en haut de page

Commentaire(s)