logo

14/02/2017

} Emploi-Insertion : Un nouveau regard sur l’emploi des séniors

logo
Retour sur la journée du 10 février 2017

Initiative du MEDEF Lyon-Rhône organisée en partenariat avec AG2R La Mondiale et soutenue par la Métropole du Grand Lyon dans le cadre de la charte des « 1 000 entreprises pour l’insertion ».

Plus on avance en âge, plus le retour à l’emploi est difficile :

  • Les + 45 ans représentent 64% des chômeurs en région AURA (cat. ABC).
  • Les + 50 ans représentent 47% des chômeurs en région AURA (cat. ABC). (Pole Emploi)
  • Et dans le Rhône, plus de 43 658 personnes de +45 ans sont au chômage (parmi eux, plus de la moitié (58%) le sont depuis plus d’un an). (La Direccte)

A l’issue d’un forum emploi dédié aux séniors qui a eu lieu le matin en partenariat avec Pôle Emploi, la CARSAT, AGIRC-ARRCO, Force femmes, Face Grand Lyon, Jean-Louis JOLY, Directeur Général – MEDEF Lyon-Rhône et José MESSER, Directeur Régional – AG2R La Mondiale, ont invité les participants à se pencher sur leur capacité à faire évoluer leur regard sur les publics séniors.
Pour Jean-Louis JOLY, « C’est humain, nous sommes tous discriminants, consciemment ou pas, avec des préjugés et des stéréotypes, sur les jeunes, les femmes, les séniors, … ». L’objectif aujourd’hui est de casser les préjugés sur les séniors et démontrer qu’ils sont un atout pour l’entreprise :

  • un atout pour la mixité générationnelle (complémentarité jeunes/seniors)
  • un atout pour la transmission des savoirs et des savoir-faire
  • leur expérience et leur maturité sont un gage de stabilité et de prise de recul dans un environnement en disruption permanente.

Sont-ils vraiment plus chers ? Ou sont-ils obligés de postuler à des emplois en dessous de leur dernier poste ?
Sont-ils naturellement inaptes à l’informatique ? Ou ont-ils été moins formés que les autres ?
Sont-ils vraiment moins flexibles ? Ou faut-il mieux prendre en compte leur expertise et leurs expériences ?
Sont-ils moins disponibles ? Pourtant ils ont moins de charge de familles (les enfants ont grandi)
Sont-ils moins motivés ? Pourtant ils aspirent à se réaliser.

En préambule, Marc TINCRY, Directeur Adjoint du travail – Responsable des politiques partenariales - DIRECCTE a rappelé les chiffres concernant l’emploi des séniors en mettant l’accent sur :

  • La santé des séniors

 

Après 30 ans d’une politique sur les conditions de travail, les salariés âgés sont effectivement « usés ». Le taux d’emploi des + 50 ans est de 40% et cela pèse sur les comptes publics. 56% des demandeurs d’emploi séniors le sont pour un motif de santé. Et 90% d’entre eux deviendront des DELD (Demandeurs d’Emploi de Longue Durée) …
La santé au travail et la compétitive vont de pair, la prise de conscience est générale et ces sujets sont pris en compte de plus en plus tôt au sein des entreprises.

  • La compétence des séniors.

 

Jusqu’à peu, nous considérions que la formation des + 46 ans ne servait à rien. On considérait qu’ils ne pouvaient pas évoluer. Aujourd’hui les choses changent. Les séniors se forment, notamment grâce l’entretien de mi- carrière.

  • Les accords sur la diversité

 

Naturellement, les recrutements ont tendance à s’opérer à l’identique. Les recruteurs ont peur des profils « déviants » et recherchent la copie conforme du salarié qui occupait précédemment le poste. Aujourd’hui, les entreprises sont invitées à s’ouvrir à la différence. Mais elles ne doivent pas se leurrer : il existe bien des particularités et des problématiques liées aux séniors comme il en existe pour les jeunes adultes ou pour ceux dont le domicile est éloigné du lieu de travail. Heureusement, ces particularités sont de plus en plus prises en compte (restauration en entreprise, télétravail, transport en commun, garde d’enfants, …).
À titre d’exemple, une nouvelle problématique émerge dans les organisations de travail : parmi les séniors, 1/7 sont des « aidants familiaux ». L’espérance de vie augmentant, les quinquagénaires sont mis à contribution pour aider leurs parents vieillissants…

Dans le cadre de la table-ronde qui a suivi, animée par Eliane REDO, Attachée aux Relations Extérieures Sociales-AG2R La Mondiale, des entreprises ont été appelées à témoigner :

Recrutement des séniors : vraies compétences et idées fausses

Patrick RAKOTONDRANAH DirecteurEnedis Lyon Métropole et Jean-Louis MEUNIER, Opérateur exploitation et travaux ont explicité la politique « diversité » au sein d’Enedis, et la volonté de l’entreprise de refléter la société (1 clients sur 3 à plus de 50 ans). Tout est possible. Il faut l’audace des managers pour projeter un sénior dans un nouveau métier, de la bienveillance, un contexte favorable et un accompagnement dans la montée en compétences.
Il faut aussi que le salarié sénior accepte de se transformer : en dépit de leur grande expérience, ils ne doivent pas hésiter à ce remettre en cause et cela ne les empêche pas d’apprendre.

Pour Thierry CHARBONNIER, Directeur du groupement d’employeur - GESTEMPLOI, l’emploi partagé peut répondre aux nouvelles demandes des entreprises et des séniors. Le recrutement ne se fait pas sur l’âge, mais sur les compétences et les savoir-être tels que la curiosité, la capacité à communiquer et le fait d’être positif.

Autre a priori contre lequel les séniors doivent lutter : le regard qu’ils portent sur eux-mêmes et sur leurs propres capacités, car souvent ils ont perdu confiance face à un marché du travail qui les a exclus.

Les clés pour un management efficace des séniors :

Pour Annabelle ROUX, HR Business PartnerCegid ; il n’y a pas de management spécifique lié à l’âge. En revanche, maintenir et développer le niveau des compétences des salariés est indispensable, quel que soit leur âge. Cegid a mis en place une évaluation de la maîtrise des compétences tous les deux ans afin faire évoluer ses salariés au même rythme que l’entreprise elle-même.

Pour sa part, Brigitte AKNINE, Assistante de Direction RHHomeServe7, ne s’est jamais sentie sénior jusqu’à ce que le marché du travail la place dans cette case. En reprenant un emploi, elle a bénéficié du même accompagnement à la prise de poste que les autres salariés. Les séniors n’ont pas besoin de plus que les autres pour être opérationnels, ils doivent juste être traités à l’identique des autres salariés.

Pour finir, Cédric PRIÉ, DRHAPRR, a estimé que la première des barrières pour l’emploi des séniors « c’est nous, les managers ». Ce ne sont donc pas tant les séniors qu’il convient de manager, mais les managers eux-mêmes, en les invitant à intégrer la diversité en général, et les séniors en particulier. Il s’agit là d’une tâche haleine.

Le CDD Séniors :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F15759
http://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/contrats-et-carriere/contrats-de-travail/types-de-contrats/article/le-contrat-a-duree-determinee-senior-cdd-senior

Accédez à la présentation de la table ronde
Accédez à la galerie photo de la table ronde
Accédez à la galerie photo du Forum


Le Club Emploi-Insertion du MEDEF Lyon-Rhône

Posté le

  • Nb visites : 1241
Retour en haut de page

Commentaire(s)