logo

13/12/2012

} Civisme économique : développer les bonnes pratiques

logo
Pierre Terreaux, animateur de la commission Civisme économique, nous explique les missions et les actions de ce groupe.



 
Pourquoi une commission Civisme économique a-t-elle vu le jour au sein du MEDEF Lyon-Rhône ?
La commission Civisme Economique, créée au début de l’année, a pour mission de débattre et de réfléchir aux problèmes liés à la commande publique ou privée sur notre territoire. Par répercussion, nous échangeons donc aussi sur l’évasion nationale ou internationale de cette commande publique ou privée locale.


Quel est le sentiment des chefs d’entreprise sur ce sujet ?
A notre avis, il existe une véritable incompréhension entre deux mondes qui s’ignorent. Les chefs d’entreprise de TPE et de PME sont particulièrement préoccupés de l’absence de solidarité économique des décideurs d’achat locaux. Une situation d’autant plus mal vécues que les dirigeants ont le sentiment de largement soutenir leur territoire par l’impôt. Il existe une véritable incompréhension entre deux mondes qui s’ignorent.


Quelle définition donnez-vous à civisme économique ?
La notion de civisme économique désigne le respect et la considération de tout acheteur, qu’il soit particulier ou professionnel, pour l’environnement économique dans lequel il vit et prospère. Il se différencie du patriotisme économique qui, lui, est lié à un sentiment d’appartenance, d’amour et de dévouement envers l’économie d’un pays.


Quels sont les objectifs de la commission Civisme économique ?
Cette commission cherche à amener le débat entre les entreprises des différents secteurs d’activité affiliés au MEDEF Lyon-Rhône, les adhérents directs et la « communauté » des acheteurs. Ces échanges permettent de lister les pratiques d’achat positives et négatives, de démontrer aux acheteurs tout l’intérêt de l’achat local et du cycle vertueux de l’argent dépensé dans les territoires, de mettre en évidence une règle de « bonne conduite » et une série de recommandations adressables aux collectivités locales et au secteur privé afin de faire prendre conscience de l’incidence de la commande locale.


Quel premier bilan tirez-vous de l’action de cette commission ?
Trois réunions ont déjà eu lieu en mars, en mai et en juillet. La prochaine rencontre est fixée le 20 décembre. Une trentaine de chefs d’entreprises est inscrit à cette commission et la participation moyenne est de l’ordre de 12 personnes.
Pour travailler plus efficacement, nous avons estimé utile de créer des sous-commissions : Livre blanc/compte-rendu, Communication externe/interne, Recherche d’exemples de civismes nationaux ou internationaux.


Quelles prochaines actions souhaitez-vous mener ?
Nous voulons recueillir différents exemples de manquement de civisme économique rencontrés sur le terrain pour établir les effets directs et indirects, les dommages collatéraux occasionnés… Nous envisageons également un rapprochement avec la CDAF, l’association des Acheteurs de France, et même l’intégration de certains de leurs membres au groupe de travail. Nous devrions alors pouvoir éditer un « Livre Blanc » destiné à mettre en avant les bonnes pratiques entre acheteur et fournisseur.


Quelle attitude souhaitez-vous de la part des acheteurs ?
Nous pensons faire du lobbying pour une prise de conscience du « coût complet » ou du « coût global » d’une prestation et nous voulons mettre l’accent sur les critères environnementaux d’un service ou d’un produit car cet aspect est très largement favorable aux entreprises locales.
Avec le soutien des branches professionnelles liées au MEDEF Lyon-Rhône, nous espérons parvenir à recommander une grille de démarches appropriée faciliter la relation entre fournisseurs et acheteurs.


Qu’attendez-vous des chefs d’entreprise du MEDEF Lyon-Rhône pour vous aider ?
Nous sommes un lieu d’écoute pour les chefs d’entreprise de notre territoire, particulièrement les TPE et les PME, et nous aimerions alimenter le mieux possible nos travaux et nos réflexions. Nous avons donc besoin de tous les chefs d’entreprise volontaires pour qu’ils nous fassent partager leurs expériences en matière de civisme économique et qu’ils nous expliquent les impacts sur leur activité. Et la porte de notre commission est bien sûr ouverte à de nouveaux membres…


Posté le

  • Nb visites : 3346
Retour en haut de page

Commentaire(s)