logo

Fabrice PLASSON
Amoéba
5 salariés
Lyon 8ème

28/11/2012

} GERMAIN & MAUREAU Conseil en Propriété Industrielle : premier déposant français de marques communautaires

logo
Le cabinet d’origine lyonnaise, spécialisé dans la propriété intellectuelle, décroche pour la 7e année la première place du classement World Trademark Review dans la catégorie déposant français de marques communautaires. Hugues Pouzet, l’un des neuf associés, présente le cabinet et son savoir-faire.



Que pouvez-vous nous dire sur le cabinet Germain & Maureau ?
Créé à Lyon en 1849, à l’époque de la Révolution Industrielle, le cabinet Germain & Maureau est l’un des trois plus anciens cabinets de conseil en propriété industrielle en France.
Aujourd’hui, nous comptons une centaine de collaborateurs, dont plus de 70 à Lyon où notre siège social reste basé. Le reste des équipes se répartit entre Paris, Marseille et Saint-Etienne. Nous avons également des bureaux dans les villes où sont implantés les Offices de propriété intellectuelle, à savoir Genève, Munich et Alicante.


Quels sont vos domaines de compétences ?
Nous avons un département innovation – brevets qui réunit 25 ingénieurs, véritables experts dans leur domaine : sciences de la vie, agro-alimentaire, énergie, électronique, mécanique… Pour la protection des marques, des modèles et des noms de domaine, nous nous appuyons sur 15 juristes. Notre activité est équilibrée entre les départements brevets et celui des marques et modèles.
Notre clientèle est à 80 % française ou européenne : nous protégeons et défendons leurs droits et intérêts dans l’ensemble des pays du monde. Pour les 20 % de non-européenne, nous nous chargeons de leurs intérêts principalement en Europe. Les étrangers apprécient particulièrement notre package de protection groupée « Marque communautaire et marque Suisse ».


Donnez-nous quelques données chiffrées de votre activité ?
Nous avons 40 000 clients en portefeuille dont 3 000 clients actifs.
Nous gérons actuellement 73 000 titres : 22 000 brevets, 46 000 marques et 5 000 modèles.
Notre cabinet a obtenu le « TROPHEE D’OR » des Conseils en Propriété industrielles aux Trophées du Droit 2011.
Cette année, et pour la 7e année, le cabinet Germain & Maureau a été désigné premier déposant français de marques communautaires par la revue professionnelle internationale World Trademark Review. Une fierté pour le cabinet et ses clients. Entre juin 2011 et mai 2012, nous avons effectué 377 dépôts de marques communautaires. Au niveau européen, nous nous classons à la 18e place, sachant que le second français est à la 29e place.


Quel regard portez-vous sur votre métier ?
Nous évoluons dans un contexte économique difficile et dans un environnement où tout va très vite, où il faut constamment s’adapter aussi bien aux nouvelles technologies qu’aux nouvelles formes de contrefaçons, notamment via Internet.
Nous sommes donc en veille permanente pour protéger au mieux nos clients et leurs intérêts.
Nous gérons à cet égard pour nos clients un nombre important de contentieux souvent internationaux qui peuvent impliquer une société française et des sociétés étrangères et se situer sur d’autres territoires que la France ou l’Europe.
Dans la pratique, on constate que la grande majorité des dossiers de litiges se solde par une transaction.


Comment voyez-vous l’avenir de Germain & Maureau ?
Nous nous devons en premier lieu de maintenir, d’entretenir et de développer les compétences qui ont fait notre réputation dans le domaine de la protection et de la défense des droits de Propriété industrielle de nos clients.
Le cabinet, jusqu’à présent, s’est développé par croissance interne, mais nous demeurons bien sûr ouverts à d’éventuelles opportunités de croissance externe en France et à l’étranger. Nous entendons, en effet, poursuivre notre effort de développement international.
Enfin, nous demeurons attentifs aux évolutions réglementaires concernant aussi bien la protection des innovations de nos clients, et je pense notamment au futur Brevet unique européen, que les modifications dans l’exercice des professions juridiques.


Posté le

Retour en haut de page

Commentaire(s)

*


*