logo

24/10/2012

} PLF 2013 : Retour sur une première manche gagnée

logo
Les mesures du Projet de Loi de Finances 2013 ont suscité une vague de réactions sans précédent de l’ensemble des entrepreneurs français. Le MEDEF a largement contribué à la mobilisation en appelant à la signature d’une pétition et en ne relâchant pas la pression. Retour sur trois semaines d’actions qui ont permis d’éviter le pire.


L’annonce des mesures du Projet de Loi de Finances 2013 a fait l’effet d’un véritable coup de massue dénoncé dès le 1er octobre par Bernard Fontanel, président du MEDEF Lyon-Rhône, dans un communiqué de presse intitulé « Grand coup de blues des patrons ». Notre position a été immédiatement reprise par la presse locale.



 
Notre communiqué de presse du 1er octobre 2012.
 
MLyon.fr : Le MEDEF de Lyon dénonce le projet de loi de finances 2013 (1er octobre 2012).
 
LyonMag.com : Le MEDEF de Lyon dénonce le projet de loi de finances 2013 (1er octobre 2012).



Le 2 octobre, Bernard Fontanel était l’invité de Jean-Christophe Galeazzi sur RCF Lyon Fourvière pour expliquer les dangers du PLF 2013 et défendre l’entrepreneuriat en France. Cette intervention du président du MEDEF Lyon-Rhône était annoncée dans l’analyse de presse du jour.


LyonPeople.com : Le MEDEF dénonce un coup de massue (2 octobre 2012).



Pour informer les adhérents du MEDEF Lyon-Rhône des actions menées contre le PLF 2013, un mailing est envoyé le 3 octobre.


LyonPeople.com : La gueulante des patrons (3 octobre 2012).



Déterminé et conscient du ras-le-bol des chefs d’entreprise, le MEDEF Lyon-Rhône lance, le 4 octobre, une pétition : Entrepreneurs, ne soyons pas des pigeons, Mobilisons-nous.


Pétition du MEDEF Lyon-Rhône.


Lyon-Info.fr : Pétition du MEDEF contre la loi de finances (4 octobre 2012).


Laurent Constantin, dirigeant de la web agency Acti, est l’invité de François-Nicolas d’Alincourt dans le journal de 7h20 sur RCF Lyon-Fourvière pour exprimer la colère des entrepreneurs (8 octobre 2012).



La mobilisation des entrepreneurs ne faiblit pas. Le MEDEF Lyon-Rhône ne relâche pas la pression avec un nouvel appel à signer la pétition le 9 octobre.



Alors que l’examen du PLF 2013 a débuté à l’Assemblée Nationale, le MEDEF Lyon-Rhône décide, le 11 octobre, d’accentuer la pression dans un mailing aux entrepreneurs. Un nouvel appel à signer la pétition est lancé et le communiqué sur l’Etat d’urgence entrepreneurial des 20 structures patronales, dont le MEDEF, est relayé.


Lyon-Capitale.fr : Le MEDEF du Rhône milite contre le projet de loi de finances 2013 (11 octobre 2012).


Benoît Soury, directeur général de La Vie Claire et vice-président du MEDEF Lyon-Rhône, et Laurent Constantin, dirigeant d’Acti, participent à l’enregistrement de l’émission Talk Chaud sur Lyon Capitale TV pour dénoncer le PLF 2013 (16 octobre 2012).


La fronde des entrepreneurs contre le PLF 2013 n’a pas été vaine. Votre mobilisation a porté ses fruits : la taxation à 60 % des plus-values lors de la vente d’une société n’entrera pas en vigueur. L’Assemblée Nationale a voté vendredi 19 octobre en faveur d’un assouplissement du régime initialement prévu pour les taxations des plus-values de cessions d’actions.



 
Le front uni des entrepreneurs contre un projet dangereux pour l’économie française a permis d’éviter le pire. Le MEDEF et 19 autres structures patronales ont bataillé ensemble pour faire reculer le gouvernement. Quand les fondamentaux de l’entrepreneuriat sont bafoués, la négociation atteint vite ses limites. La mobilisation massive des forces vives de l’économie a payé !

Le prélèvement confiscatoire de 60 % a été abandonné, mais le dispositif imaginé par Bercy relève d’une véritable usine à gaz. Alors que le MEDEF réclame une simplification et une lisibilité des mesures, le nouveau régime multiplie les exceptions et les cas particuliers.
Tout n’est pas encore joué. Le MEDEF en appelle aujourd’hui au Sénat pour reconsidérer le dispositif et milite toujours pour un retrait pur et simple.


Restons mobilisés !

Posté le

  • Nb visites : 2453
Retour en haut de page

Commentaire(s)